La boîte noire, maintenant obligatoire dans votre voiture ?

La boîte noire, maintenant obligatoire dans votre voiture ?

Avez-vous déjà entendu parler des boîtes noires ? Si c’est le cas, c’est sûrement dans le domaine de l’aviation. Une boîte noire, ou enregistreur de vol, est un système qui enregistre les données et paramètres juste avant un accident pour en connaître les circonstances. En aéronautique, la boîte noire peut même enregistrer les conversations entre les pilotes, ainsi que les alarmes sonores. Il ne faut pas se fier à son nom : ce dispositif n’est pas de couleur noire, mais en fait rouge ou orangé, afin de la retrouver plus facilement sur le lieu d’un accident. Mesure votée par le Parlement européen en 2019 et mise en place depuis le 1er mai 2022 en France, ces boîtes noires seront désormais obligatoires dans toutes les voitures neuves circulant sur le territoire européen : Pourquoi ? Comment ? On vous explique tout !

 

Quelle utilité ?

Cette mesure a été votée pour plusieurs raisons. Les boîtiers seront utiles pour permettre de mieux comprendre les circonstances d’un accident de la route. Pour les constructeurs, ce sera également un moyen de mieux analyser ce qui peut être rajouté, enlevé, amélioré, en matière de sécurité et d’aide à la conduite, pour éviter les accidents. La Communauté européenne a un objectif : celui de réduire à zéro le nombre de morts sur la route d’ici 2050. Simplification de procédures également pour les bureaux d’enquête et les autorités judiciaires, qui seront les seuls à pouvoir récupérer ces données. Les boîtes noires vont ainsi faciliter le travail des compagnies d’assurance auto, et aider les victimes des accidents à recevoir une indemnisation plus juste. 

 

Quel fonctionnement ?

Les constructeurs expliquent que la boîte noire va pouvoir récupérer les données des 30 secondes précédant l’accident, et également les 10 secondes d’après. Ce sont 40 secondes enregistrées instantanément effacées lorsqu’il n’y a pas eu d’accident. Cela permet une meilleure gestion du stockage et de protection des données. Elle va enregistrer les paramètres généraux de la voiture et son comportement. Au contraire des enregistreurs d’un avion, elles ne seront pas capables d’enregistrer les sons et conversations.

 

À quoi ça va ressembler ?

Le dispositif installé dans les voitures sera de différentes formes suivant le constructeur. Dans certains cas, il s’agira d’un petit boîtier noir connecté avec une puce électronique. Pour d’autres, il s’agira seulement d’une mise à jour du système informatique sur des voitures qui possédaient déjà la technologie d’enregistrement de données, notamment pour les aides à la conduite. On ne sait pas encore où le boîtier sera placé, mais on sait déjà que l’utilisateur ne pourra pas le désactiver. 

 

Et la protection des données ?

Les données personnelles, un sujet qui préoccupe en ce moment. Il est normal de se demander comment elles vont être traitées par ce nouveau dispositif. La déléguée générale de l’association de prévention routière Anne Lavaud, assure que ces boîtes noires « n’enregistrent aucune donnée personnelle ». Elle explique alors que les données enregistrées par le dispositif sont exclusivement liées au véhicule lui-même : l’inclinaison du terrain, la vitesse, le freinage, les accélérations, les aides à la conduite, le port de la ceinture… Les boîtes noires ne traitent pas les données comme la localisation du véhicule, l’heure, la date ou les conditions météo par exemple. Le texte de loi qui est sorti indique par ailleurs que les données seront rendues anonymes : impossible de tracer l’identité du conducteur, ou même d’identifier le véhicule.

 

Sera-t-il vraiment efficace ?

La question fait débat : d’un côté, ce système nous apporte des indications supplémentaires sur les circonstances d’un accident, et donc enrichit les connaissances que l’on a sur celui-ci, pour permettre à la justice de prendre des décisions plus justes. D’un autre côté, les informations qui nous seront transmises ne pourront pas indiquer la réelle cause de l’accident, car le boîtier ne nous donnera pas assez d’informations sur le conducteur en lui-même (téléphone au volant, alcool, refus de priorité…), et donc sur la responsabilité. La question de la rentabilité se pose alors lorsque les prix des véhicules neufs ne cessent déjà d’augmenter. 

 

Même s’il était déjà possible d’installer une boîte noire dans son véhicule sur demande, elle devient maintenant obligatoire et le sera également en 2024 sur les voitures d’occasion, à la charge du propriétaire. Une mesure qui se discute, même s’il faudra attendre un peu pour en connaître les réels apports en matière de sécurité. Beaucoup sont inquiets face à cette mesure, et se demandent si cette petite boîte en vaut vraiment la peine. Toutefois, elles contribueront à terme, aux améliorations des aides à la conduite, des systèmes de sécurité, et nous donnerons des statistiques plus fiables à propos des accidents. C’est une affaire à suivre, mais habituez-vous dès maintenant à l’ajout de ce mot au lexique automobile !

 

Sportivement, 

AR Performance