25/11/21

Ferrari 488 GTB

Clélia Auteur :  
Temps de lecture : 7 min
Catégorie de l'article : Le Magazine
Partagez cet article :

La 488 GTB, est équipée d’un V8 de 3,9 litres biturbo de 670 chevaux.

Peu de moteurs nous donnent une telle impression de puissance. Le niveau d'accélération que peut atteindre la 488 GTB est stupéfiant, même s'il semble être plus exploitable que les modèles précédents (moins efficaces). C'est grâce aux ingénieurs Ferrari, passés maître dans le domaine de la calibration, notamment le travail de contrôle de l'amortissement, de l'antipatinage et du contrôle de trajectoire. Ainsi, utiliser cette « Gran Turismo Berlinetta » au quotidien semble plus réaliste que jamais.

 

Pour Ferrari, il s'agit de garder de la puissance en course, et désormais, elle s'oppose à McLaren (ses 650S et 675LT ont 650 et 675 chevaux), tout en réduisant leurs émissions moyennes de dioxyde de carbone. Malgré ça, elles font toujours l'objet d'étroites négociations avec les législateurs. Dans la foulée, les 488 GTB et Spider ont largement contribué au record historique de la marque au Cheval Cabré depuis leur lancement : la marque a livré un total de 1 882 modèles à ses clients au premier trimestre 2016.

 

La 488 a peut-être une forte similitude familiale avec la 458 qu'elle a remplacée dans la série Ferrari. Seulement 15 % des éléments ont été repris. Comme en témoigne sa taille, la longueur a augmenté de 4 cm et la largeur a augmenté de 1 cm. Une évolution due à son mécanisme. Extérieurement, la performance de l'aérodynamicien a été d'augmenter la surface des entrées d'air avant et latérales au prorata des besoins du V8 bi-turbo en terme d'alimentation d'air et d'air de refroidissement, tout en diminuant la résistance globale (son CX le coefficient est de 0, 33 à 0,32).

 

Afin d'atteindre cet objectif, ils ont travaillé sur le dessous de la carrosserie pour réduire la zone de surpression sur le pare-chocs avant en accélérant le flux d'air. Une partie du flux d'air passe par les prises d'air latérales et celui au-dessus de la carrosserie est désormais dirigé vers l'échappement à la hauteur des feux arrière et au-dessus de la plaque d'immatriculation, où elle limite les turbulences et les dépressions qui créent une résistance. L'échappement a également été amélioré, remonté et le volume du diffuseur arrière a donc pu être augmenté. Le diffuseur intègre désormais des volets actifs qui s'ouvrent directement à une vitesse constante pour réduire la traînée, et se ferment lors des virages et des freinages pour augmenter la force d'appui. 50 % des 458 atteignent une charge équivalente à 325 kg à une vitesse de 250 km/h.

 

Après la California T, la conversion de la 488 GTB à la technologie de suralimentation officialise la ré-adoption par Ferrari de cette technologie de moteur, qui était 30 ans après la rumeur 208 Turbo réservée au marché italien. Sa cylindrée a été réduite à moins de 2 litres, ce qui permettait aux supercars d'échapper aux taxes punitives comme fait précédemment avec la 288 GTO ou même la F40. Désormais mieux maîtrisée, la suralimentation permet à Ferrari de réduire les émissions de dioxyde de carbone de ses modèles tout en améliorant ses performances.

Concrètement : Le V8 biturbo de 3,9 litres de la 488 consomme 1,9 litre (- 47 g/km de dioxyde de carbone) de moins que les 4,5 litres atmosphérique de la 458 pour 100 kilomètres, et produit 120 Nm et 100 chevaux de plus.

 

Mais plus important que ces données brutes, c'est que le motoriste de Maranello a travaillé sur la réaction de ce nouveau dispositif. C'est là que la préférence traditionnelle de Ferrari pour les V8 à Vilebrequin plat prend tout son sens : la séquence d'allumage déterminée par cette architecture permet l'utilisation de deux turbo à double admission, un par banc de cylindres, pour réduire le régime moteur à bas régime. Ces turbocompresseurs sont montés sur des roulements à billes et utilisent également des roues de compresseur ultra légères en alliages de titane et d'aluminium pour réduire leur inertie.

La puissance maximale du moteur turbo produit une plage d'utilisation élevée à 8 000 tr/min, ce qui n'est que de 1 000 tr/min de moins que le moteur V8 atmosphérique de la 458, l'approbation du moteur est donc également favorisée.

 

Enfin, comme sur la California T, la pression de suralimentation du V8 de la 488 GTB dépend du rapport engagé, le premier rapport étant le plus petit et le septième étant le plus grand. Cette technique peut à la fois retarder l'intervention du contrôle de traction pour le premier rapport tout en donnant l'impression que l'accélération ne diminuera pas dans les rapports supérieurs, tout comme un système de transmission de course à étages court et bien ajusté. Enfin, détail économique sans importance, tous les modèles Ferrari neufs bénéficient de 7 ans d'entretien gratuit (hors pièces d'usure). Les clients ne pourront plus se plaindre de l'évolution des prix des révisions.
 

Par exemple, par rapport à McLaren, l'intérieur est plus simple et moins coloré, afin de répondre pleinement aux attentes des clients de Ferrari. Le cavallino noir sur fond jaune est situé au centre du volant, en dessous d'un énorme compte-tour qui occupe l'emplacement central du tableau de bord. À première vue, la concentration des commandes les plus couramment utilisées sur le volant semble provenir d'une simple imitation de l'interface de la Formule 1 Ferrari SF21
 

En plus du bouton de démarrage, on trouve des voyants, les essuie-glaces, un interrupteur code/phare, le système d’amortisseur contrôlable, un contrôleur de position et bien sûr le désormais célèbre "Manettino" qui permet de choisir entre zone humide, sport, l'interaction entre course, et Les modes off et esc off interagissent avec la réponse du moteur, l'amortisseur, l'antipatinage et le contrôle de trajectoire de la boîte de vitesses à double embrayage…

 

Cet article vous a laissé l’eau à la bouche ? Passez de la lecture au réel chez Arperformance avec la possibilité de louer ou acheter notre Ferrari 488 GTB.

 

L'équipe AR Performance

Clélia
Rédactrice web

"Chez AR Performance, nous croyons que chaque mot compte autant que chaque kilomètre. C'est cette passion qui me pousse avec eux à vous offrir les récits les plus captivants de l'univers automobile."

Partagez cet article :